Y a t-il une vie après la mort ?

Depuis des centaines d’années, la science s’efforce de trouver des explications concernant le mécanisme de la vie. Le vieillissement, l’évolution, l’hérédité, la reproduction, les maladies : tous se dévoilent. Néanmoins, le plus grand mystère de l’humanité reste inexpliqué : y a-t-il une vie après la mort ?

Que disent les témoignages ?

Des milliers de personnes ont fait une expérience d’une mort imminente et rapportent leurs incroyables témoignages après avoir repris connaissance. Une vie qui défile, la sensation de sortir de leur propre corps, une lumière blanche au bout d’un tunnel…les histoires sont souvent les mêmes. Au-delà des croyances, des âges et des cultures, les scènes restent très conservées. Ces gens affirment avoir vécu une expérience de mort imminente après être revenus de l’outre-tombe.

Ces séquences retrouvées dans les expériences de mort imminente ou EMI, ont été analysées et étudiées par des chercheurs. D’ailleurs, le nombre des personnes qui ont vécu des EMI a considérablement augmenté grâce au progrès de la réanimation. Ainsi, elles ne peuvent plus être accusées de charlatanisme. D’autant que parmi ces gens se trouvent des scientifiques qui ont radicalement changé d’avis après avoir frôlé la mort.

Est-ce que les expériences de mort imminente posent problème ?

L’expérience de mort imminente met en doute la vraie définition de la mort elle-même. En effet, nombreuses sont les personnes qui l’ont expérimenté et ont été déclarées mortes par les médecins. Or, certaines théories scientifiques matérialistes considèrent que la conscience est liée au corps humain. De ce fait, les chercheurs pensent que les phénomènes que ces gens décrivent sont impossibles. Il y a deux possibilités, soit les études scientifiques sont fausses, soit le sujet n’est pas vraiment mort. Quoi qu’il en soit, ce mystère reste une vraie énigme.

Quand est-ce qu’on peut affirmer que le sujet est mort ?

Bien que cette question paraisse évidente, les réponses peuvent quand même être différentes, et cela, en fonction des cultures et des époques. En effet, durant des centaines d’années, les médecins ont utilisé un seul critère pour décrire qu’une personne est vraiment mort. Il s’agit du constat confirmant la cessation de l’activité respiratoire et cardiaque, aussi appelée l’arrêt cardiorespiratoire. D’ailleurs, c’est une preuve lisible et qui donne du sens à la vraie définition de la mort.

Cependant, l’évolution technologique et la médecine ont permis à l’homme de faire revenir une personne que tout le monde croyait partie. Ainsi, la frontière de la mort est repoussée. D’ailleurs, celle qui est victime d’un arrêt cardiorespiratoire ne doit pas forcément mourir. En effet, les défibrillateurs, les respirateurs artificiels et les soins avancés en réanimation ont désormais permis de montrer que le cerveau peut se ressaisir et reprendre le contrôle du corps.

Les critères nécessaires pour affirmer qu’une personne est morte

Auparavant, des centaines de millions de personnes ont été déclarées mortes alors qu’elles peuvent encore être en vie. En effet, nombreux gens ont fait l’expérience de mort imminente et que les médecins ont considéré comment décédés. Dans ce cas, quels sont les critères pour dire qu’ils sont partis pour de bon ?

  • L’absence totale d’activité motrice spontanée et de conscience ;
  • L’absence de respiration spontanée ;
  • L’abolition des réflexes.

Les médecins doivent s’appuyer sur des observations et des examens afin de certifier que tous les critères sont remplis. Cependant, il est très difficile de définir l’absence totale de conscience.

Ainsi, avant d’enterrer un proche, il est recommandé de bien découvrir si la personne concernée est seulement dans un coma profond ou vraiment morte. Dans le second cas, faites appel à POMPES FUNÈBRE LUCIEN DUBOIS pour vous accompagner dans l’organisation d’obsèques.